Le piratage mondial en baisse, mais le golfe de Guinée voit un pic

121 membres d’équipage ont été kidnappés sur des navires attaqués dans le golfe de Guinée en 2019 ce qui représente une augmentation de plus de 50%

121 membres d’équipage ont été kidnappés sur des navires attaqués dans le golfe de Guinée en 2019, ce qui représente une augmentation de plus de 50% malgré les tendances mondiales qui ont vu une baisse du nombre total d’incidents de piraterie.

«Cela équivaut à plus de 90% des enlèvements mondiaux signalés en mer, avec 64 membres d’équipage enlevés au cours de six incidents distincts au cours du dernier trimestre de 2019 seulement», a déclaré le Bureau maritime international. L’IMB a publié son rapport annuel mardi.

La région a été à l’origine de 64 incidents, dont les quatre détournements de navires survenus en 2019, ainsi que 10 des 11 navires qui ont déclaré avoir été incendiés.

“Ces dernières statistiques confirment l’importance d’un échange d’informations et d’une coordination accrus entre les navires, les agences de signalement et d’intervention dans la région du golfe de Guinée”, a déclaré Michael Howlett , directeur d’IBM, un service de la Chambre de commerce internationale.

«Sans les structures de signalement nécessaires en place, nous ne serons pas en mesure de mettre en évidence avec précision les zones à haut risque pour les gens de mer et de faire face à l’augmentation des incidents de piraterie dans ces eaux toujours vulnérables.»

Il y a eu 162 incidents de piraterie et de vol à main armée contre des navires dans le monde, contre 201 incidents signalés en 2018.

La Somalie n’a signalé aucun incident de piratage, mais IBM conseille de faire preuve de prudence lors de ses déplacements dans cette région autrefois notoire. “Les pirates somaliens continuent de posséder la capacité de mener des attaques dans le bassin somalien et dans l’océan Indien au sens large”, indique le rapport.

Total
0
Shares
Related Posts
lire la suite

RDC-Beni: Decouverte de 5 corps sans vie à Ntoma

Ce soir avec un coeur noir nous venons de recevoir cinq (5) corps en état de putréfaction qui proviennent de Ntoma. Quand on ajoute à ce nombre les trois personnes tuées le dimanche ça fait le total de huit (8) personnes tuées. Ils sont gardés à la morgue à l’hopital de Bulongo. Explique Mr Alexis Nyanza secretaire de forces vives de Bulongo.