Zimbabwe: Les hôpitaux se transforment en piège mortel, les femmes et enfants meurent sans intervention

Cela se répète chaque jour et tout ce qu’ils doivent faire, c’est les regarder mourir. C’est une torture pour les familles, et pour les médecins en formation. Declare un médecin qui garde l’anonymat

Depuis quelques années le Zimbabwe fait face une terrible crise économique sans fin ,qui plonge son système de santé publique, dans le chaos de tous les jours.

Les mères et leurs bébés meurent sans merci dans certains centre hospitalier du pays faut de personnel soignant et matériel apropriés dans les hopitaux publics.

Dans la soirée du lundi dernier, huit césariennes ont été pratiquées en urgence à l’hopital Central de Harare.
Et sept bébés sont mort-nés dans une intervention trop tardive liée au problèmes de personnel soignant.

Face au débordement des femmes au sein des maternités et manque d’équipements de protection dans les hopitaux de ladite Capitale, les infirmiers ont décretés une grève dans toute l’étandue du pays.

Deux des mères avaient une rupture de l’utérus et ont dû être opérées très tôt. Les autres opérations ont été pratiquées en raison d’un travail obstrué, mais n’ont pas été faites à temps, de sorte que les bébés sont morts, coincés dans le bassin de leur mère.


Declare un médicin qui garde l’anonymat

Par ailleurs , un autre médecin qui garde toujours son anonymat ajoute que ce scandal s’incrit pas sur la liste des incidents isolés.

Cela se répète chaque jour et tout ce qu’ils doivent faire, c’est les regarder mourir. C’est une torture pour les familles, et pour les médecins en formation.

Signalons que le ministre de santé de ce pays a étè déstitué de ses fonctions des suites de non respect des contrats de plusieurs millions de dollars attribués pour acheter des fournitures , afin d’arreter cette hémorragie dans le secteur sanitaire zimbabwéen.

Pat BOKETE

Total
0
Shares
Related Posts
lire la suite

Ebola RDC : Un deuxième vaccin en route

Il complétera celui fabriqué par un autre vaccin produit par un fabricant américain, Merck. Ce premier vaccin a été administré à près de 250 000 personnes au cours de l'année dernière.