Sanctions Americaines contre Nangaa, Basengezi père et fils, la NOGEC charge le procureur Général la cour de cassation à se saisir du dossier.

Dans une correspondance adressée à Flory Kabange, Me Constant Mutamba exorte le PGR à ouvrir une information

Dans une correspondance adressée à Flory Kabange, Me Constant Mutamba exorte le PGR à ouvrir une information judiciaire à l’endroit de Corneille Nangaa, Norbert Basengezi Katintima et Marcellin MuKolo respectivement Président, vice-président et conseiller de la CENI, pour “détournement des fonds électoraux.

Pour Constant Mutamba les faits “gravissimes” perpétrés par ces trois haut fonctionnaires de l’administration électorale de la RDC ont conduit le gouvernement américain à geler leurs avoirs,les raisons rassemblées étalent leurs faiblesses de gestion du cycle électorale.

Par ailleurs le Nogec encourage le procureur à se saisir de cette question pour mener des enquêtes en vie de faire éclater la vérité, le fait reproché aux président de la CENI et ses deux collaborateurs ont une incidence négative dans la qualité des élections réalisées en République Démocratique du Congo ,et suggère que les auditions de ce trois responsables de la Ceni soient ouvertes et médiatisées.

Rappelons que Le Trésor américain a annoncé jeudi 21 mars dernier que tous les actifs du président de la CENI sont désormais bloqués, même sanction pour son vice- Président Norbert Basengezi, et Marcellin Mukolo, un de ses conseillers tous accusées de corruption et d’entrave au processus électoral. Déjà les responsables de la CENI dans un concert médiatique durant le weekend ont rejetté les sanctions et selon cette institution le travail effectué par la centrale Électorale durant le processus électoral est irréprochable. Dossier à suivre.

Total
0
Shares
Related Posts
lire la suite

Affaire 100 jours: La somme de 57 millions USD alimente les debats.

D'après le DG a.i de la DGCMP , l’Etat congolais ne peut payer la totalité de la facture qu’après livraison et vérification de conformité. Par ailleurs Vital Kamerhe indique qu’il n’a pas donné l’injonction pour le paiement de 57 millions USD parce qu’il n’en a pas la qualité.explique-t-il.