Massacre des civils à Djugu : Le maire de la ville de Bunia s’oppose aux 15 jours de deuil et des villes mortes, décrété par le G5

Le maire de la ville de Bunia Cabuine Wa Mihibo John s’est opposé à la décision du G5, sur la déclaration des 15 jours de deuil et sans activités en hommage aux victimes des massacres à Djugu, territoire de la province de l’Ituri en République Démocratique du Congo.

À la suite des enchaînements de massacres des civils résidants à Djugu par les rebelles de CODECO, le G5 qui est une structure regroupant les communautés victimes des atrocités commises par des groupes armés dans la province de l’Ituri, a dans une déclaration faite ce jeudi 12 mai 2022, décrété 15 jours de deuil et des villes mortes sur toute l’étendue de la province de l’Ituri mais une décision qui est tout de suite contrée par le maire de la ville de Bunia Cabuine Wa Mihibo qui à son tour, a appelé la population à vaquer librement à ses occupations, quiconque ne le fait pas sera scellée conformément à la loi :

“Le maire de la ville de Bunia, le Commissaire Supérieur Principal Cabuine Wa Mihibo John attire l’attention de tous les habitants de la ville de Bunia sur le fait qu’il existe une tranche de personnes qui cherchent à troubler l’ordre établi, à intoxiquer la population déjà meurtrie par les affres de la guerre en créant des journées villes mortes, et ou de journées de deuil en mémoire des victimes des atrocités. Il informe toute la population de la ville de Bunia et ses environs de vaquer librement à leurs occupations et en évitant toute manipulation”

Et poursuit

“Il demande à tous et à chacun d’ouvrir ses activités, son commerce, car la population vit le jour au jour et quiconque n’ouvrira pas sa boutique, celle-ci sera scellée conformément à la loi” a t-on lu dans un communiqué parvenu à notre rédaction, signé par le maire de la ville de Bunia.

Cette structure appelée G5 a, au cours d’un point de presse passé jeudi à Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri, indiqué que ces journées villes mortes dans cette partie, n’ont pas seulement le but de rendre hommage aux civils péris lors des massacres qui a eu lieu le dimanche 8 et lundi 9 mai dernier à Djugu mais également dénoncé la persistance des violences armées orchestrées par des groupes armés notamment les CODECO et ADF.

Joël Tokombe

Total
0
Shares
Related Posts